Carte_Seine

La Seine est un fleuve français, long de 776 kilomètres, qui coule dans le Bassin parisien et arrose notamment Troyes, Paris et Rouen.
Son cours a une orientation générale du sud-est au nord-ouest.
Elle se jette dans la Manche, à hauteur du méridien du Hode, près du Havre.

Les multiples et profonds méandres tout au long de son cours sont dûs à la faible déclivité de sa vallée


A l'origine

La Seine formait avec la Loire un seul et unique fleuve il y a environ six millions d'années.
Elle traversait une vaste pénéplaine de nature argileuse sous un climat subtropical.
Il y a trois millions d'années, la région subit un refroidissement et un soulèvement dû à la poussée des arcs pyrénéen et alpin au sud.

Les glaciations de l'ère quaternaire firent baisser le niveau des mers et océans, si bien que la Seine se jetait alors au large de la Bretagne actuelle (la Manche n'existait pas).
Cette période fut marquée par la migration des méandres du fleuve, encore visible notamment en Haute-Normandie, et d'une intense érosion rabotant les plateaux et formant des terrasses alluviales.
L'aspect actuel de la Seine remonte à la fin de la dernière glaciation, vers -12 000.

Dès 855, des bandes de Vikings remontent la Seine, pillent la Normandie et assiègent Paris.
Les Vikings s'installent de façon permanente dans l'embouchure de la Seine vers 896.
À partir du traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911, le duché de Normandie est reconnu par le roi de France Charles III.
Sa limite est un petit affluent de rive droite de la Seine, l'Epte.

Est-ce bien la Seine qui coule sous les ponts de Paris?


"Seine" vient du latin "Sequana", lui-même emprunté aux peuplades gauloises autochtones.


L'Yonne et la Seine auraient été considérées comme jumelles, seul le cours supérieur ayant été appelé Seine après transcription par César du mot latin "sicauna" en "Sequana".
On y retrouve le nom de l'Yonne : Icauna ou Icaonna. (Le nom de Seine pourrait donc être un diminutif du nom de l'Yonne.)

Une polémique existe sur le fait que ce soit bien la Seine qui coule à Paris.

Certains considèrent que ce n'est pas l'eau de la Seine mais celle de l'Yonne que l'on trouve principalement sous les ponts parisiens.
À leur confluence, l'Yonne présente en effet un débit moyen et une taille de bassin versant supérieurs à ceux de la Seine.
Plus en amont encore : la Seine ne serait qu'un affluent de l'Aube.

Historiquement et culturellement,
c'est depuis l'Yonne que les principales invasions fluviales de Paris ont eu lieu.


On trouve aussi l'hypothèse que, à l'origine, les prêtres et druides des sources de la Seine auraient imposé l'idée d'une supériorité de leur rivière.

En Côte d'Or, sur l'ancien territoire de la tribu gauloise des Lingons, Séquana était honorée, avant la conquête romaine, comme la déesse celtique guérisseuse de la source.


Une autre hypothèse avance que le nom de "Sequana" aurait été donné à un axe commercial, sans souci de débit ni de longueur de cours.

En effet, de l'Yonne, de l'Aube et de la Seine, c'est cette dernière qui est le plus facilement accessible depuis la Saône pour le transit des marchandises de la Méditerranée au bassin parisien.

seine_carte


LA SOURCE DE LA SEINE

nymphe

Victor Hugo,
La Source
tombait du rocher,Avril 1854
(Les Contemplations, livre V).
La source tombait du rocher
Goutte à goutte à la mer affreuse.
L’Océan fatal au nocher,
Lui dit : « Que me veux-tu, pleureuse ?
« Je suis la tempête et l’effroi ;
« Je finis où le ciel commence.
« Est-ce que j’ai besoin de toi,
« Petite, moi qui suis l’immense ? »
La source dit au gouffre amer :
« Je te donne, sans bruit ni gloire,
« Ce qui te manque, Ô vaste mer !
« Une goutte d’eau qu’on peut boire. »

stgermain_source

Saint-Germain-Source-Seine est une commune française, située dans le canton de Venarey-les-Laumes, arrondissement de Montbard, département de la Côte-d'Or et la région Bourgogne. Ce village est surtout connu pour être le lieu des sources de la Seine. Ses habitants sont les Séquanigerminois.

seine

L'une des sources de la Seine est située dans le nymphée conçu au XIX° siècle par les architectes Davioud, Baltard et Combaz. À l'intérieur du nymphée, la statue représentant la nymphe de la Seine, est une copie de l'oeuvre du sculpteur bourguignon Jouffroy.

Le site contient notamment les vestiges du sanctuaire gallo-romain dédié à la déesse Sequana (origine du nom de la Seine).

Des milliers d'objets ont été découverts sur ce site archéologique. Les plus connus d'entre eux sont sûrement les deux statues en bronze découvertes par Henri Corot en 1933 dans une cache située à l'est du sanctuaire .

SourceSeine
On devine
ce minuscule pont de pierre qui ne porte pas de nom.
Il sert d'esplanade pour admirer la grotte artificielle qui abrite la source.


Il s'agit de la Déesse Séquana et du Faune, désignés par l'archéologue comme le " Trésor de la Seine".
Tout ce mobilier, stèles, sculptures, ainsi que la collection de plus de 300 ex-voto en bois découverts par Roland Martin et Simone Deyts entre 1963 et 1967, sont aujourd'hui visibles au Musée Archéologique de Dijon.
La découverte dans le sanctuaire d'un fanum de tradition celtique par Gabriel Grémaud et Roland Martin, atteste de façon irréfutable la présence importante de courants celtiques dans la région à la période gallo romaine.
Les différentes campagnes de fouille ont permis de retrouver la source sacrée canalisée , et deux bassins destinés aux ablutions des pélerins qui se rendaient au sanctuaire pour y déposer leurs ex voto.

Le deuxième pont du parcours de la Seine :

source_seine_pont

le pont Paul Lamarche

C'est le dimanche 8 décembre 2002 que le premier pont sur la Seine fut baptisé "pont Paul LAMARCHE". Ce pont construit dans les années 1970 ne portait  pas de nom. C'est pour le centenaire de cet homme ayant dédié toute sa vie aux sources de la Seine qu'il fut enfin baptisé.

source_seine_plaque

...à suivre... le cours de la Seine